Ajusté budget 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Conférence de presse 11/5/2017

 Ajusté budget 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles

 Intervention du Ministre André Flahaut

 

Si nous avons pu réussir cet exercice à temps et à heure c’est d’abord grâce à l’ensemble des collaborateurs des différents Ministres du Gouvernement. Je les remercie vivement. Mais le travail n’est pas terminé ! Dès aujourd’hui, nous nous devons de le poursuivre afin de pouvoir déposer les textes au Parlement le 22 juin et entamer simultanément le travail pour le budget 2018.  

Nous pouvons être fiers d’avoir confirmé nos engagements comme la provision du Pacte d’excellence, les accords du non-marchand ou encore la mise en œuvre du contrat d’administration et l’engagement de 81 nouveaux agents pour renforcer les missions de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Mais il subsiste des questions sans réponses à ce jour, comme le financement des hôpitaux universitaires et plus généralement le traitement des investissements opérés par la Communauté française par l’Union européenne. A cet égard, je déplore l’attitude du Gouvernement fédéral et je suis bien résolu à ne pas le laisser s’exprimer seul au niveau européen. Je pense ainsi au Pacte national d’investissement qui devrait intégrer les infrastructures, les investissements en matière d’économies d’énergie ou encore la problématique du financement du désamiantage de certains bâtiments scolaires.

Nous subissons l’impact de bon nombre de mesures prises par le fédéral. Citons en particulier la diminution des demandes en matière d’équivalence des diplômes car de moins en moins de personnes viennent de l’étranger étudier en Fédération Wallonie-Bruxelles suite à la politique d’asile du Secrétaire d’Etat Francken. Nous devons engager 40 personnes pour accélérer l’encodage des carrières des enseignants pour permettre à ceux-ci de décider du rachat de leurs années d’étude suite à la décision du fédéral en matière de pension des enseignants et agents de la fonction publique. Nous avons heureusement pu démontrer notre capacité de réaction rapide et innovante en collaborant avec le Forem et Actiris pour réaliser les recrutements nécessaires.

Enfin, nous avons fourni de nombreux efforts pour revenir à une utilisation simplifiée des moyens dans les différents secteurs. On peut à cet égard parler de véritable orthodoxie budgétaire. Cette méthode de travail, rigoureuse, nous a permis de gérer au plus près le budget, de tenir à l’œil le moindre dépassement. Nous avons pris également des mesures en matière de contrôle budgétaire et de gestion de la dette comme par exemple la création d’une agence de la dette.  Par ailleurs, à travers la mise sur pied d’une « Task force bâtiments » nous avons veillé à établir des synergies entre les départements pour gérer au mieux notre patrimoine. De même cette recherche de synergie s’est opérée avec les Régions toujours avec cette volonté de décloisonnement.

En conclusion, les marges de manœuvres du budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont étroites mais grâce à cette méthode rigoureuse la Fédération Wallonie-Bruxelles parvient à ne pas alourdir ses déficits pour répondre à des besoins sociétaux importants.